notre passion2

notre élevage

Avec bientôt 40 ans d’expérience, nous sommes à même de garantir un suivi et des conseils personnalisés à ceux qui se lancent dans la belle aventure de partager des moments de vie avec un husky. Notre sélection rigoureuse des reproducteurs, axée sur le caractère, la morphologie, la santé et l’aptitude au travail a porté ses fruits. Nos chiens obtiennent d’excellents résultats aussi bien au traîneau qu’en canicross et en agility.

notre histoire

Notre aventure a commencé avec KEN (par Denali’s Imuruk et Huvakiaq v. Tschuktschen), notre premier husky, né le 18.10.1975 chez Eddy Habegger de Koblenz. C’était un magnifique mâle noir et blanc, pur « Anadyr » par tous ses grands-parents paternels et maternels (l’Alaska n’est pas loin)..

Il nous fut offert par les futurs dirigeants du TCE (Trail Club of Europe) en remerciements pour avoir organisé en 1973 les premières Courses internationales de chiens de traîneaux à Saignelégier.

Ken est arrivé chez nous le 31 décembre 1975. L’année suivante, c’était au tour de Maid of Snow, superbe femelle grise, élevée aussi chez Eddy Habegger. Cette chienne a fortement marqué notre élevage débutant, puisqu’elle a donné naissance à 51 chiots, en 9 nichées, de 1979 à 1988. Tous nos reproducteurs ont encore de son sang, bien que nous ayons le souci d’éviter la consanguinité. A cet effet, nous faisons parfois appel à de très bons mâles, sélectionnés par le CSCN (Club suisse des Chiens nordiques).

Avec Moonlight of Chilkoof, acquise début 1978, nous disposions d’un capital génétique qui nous a permis un élevage en lignées des plus performants.

A ce jour 447 chiots ont vu le jour au Lichen bleu.

Notre passion reste intacte et sommes fiers de mettre à disposition de personnes responsables des huskies de haute qualité.

Si aujourd’hui nous ne faisons plus de compétition – question d’âge – nous pratiquons encore le traîneau à chiens pour que nos huskies conservent cet atavisme, donc ce plaisir à tirer. Après le vélo et parfois la trottinette de l’été, nous emmenons l’attelage sur les pistes d’entraînement sur les hauteurs de Tramelan, à 10 km de chez nous. Depuis quelques hivers, nous avons essayé les patinettes finlandaises, une solution qui semble idéale pour qui ne possède qu’un ou deux huskies.

Le husky, un compagnon idéal ?

Oui, si vous aimez le sport, la forêt, la montagne…. Oui, si vous lui offrez un cadre de vie conforme à ses besoins, un espace en plein air et surtout….. si vous avez du temps à partager avec lui !

la meute

Le husky est un animal de meute. C’est sa famille d’accueil qui constitue sa nouvelle meute. Il supporte mal la solitude. Donc, si vous savez pertinemment que personne n’est présent tout au long de la journée, ne choisissez pas un husky. Une solution néanmoins consiste à prendre deux chiens (ou plus), qui pourront s’ébattre sur un terrain suffisamment grand.

Inutile de préciser qu’un husky ne se tient pas en appartement. Ce nordique préfère dormir dehors. Nos chiens naissent tous dehors, même au mois de décembre ! et ne pénètrent qu’exceptionnellement dans notre maison.

tempérament

On dit, généralement, que les femelles sont plus douces et plus faciles à éduquer. En fait, l’expérience montre qu’il n’existe pas de grandes différences de personnalité entre les deux sexes. Qu’ils soient de sexe masculin ou féminin, les plus dominants peuvent remettre en cause votre autorité, donc votre position de chef de meute.

un ou plusieurs chiens?

Un husky solitaire souffre s’il se sent délaissé. S’il ne vit pas en étroit contact avec sa meute humaine, il s’ennuie et peut développer des troubles comportementaux. Un second chien, si possible un second husky, met un terme à cette solitude. L’idéal est de choisir deux chiots qui évolueront ensemble. Un second chien ne cause guère plus de travail. Par contre, la tenue d’une meute de plusieurs huskies demande une certaine organisation !

Question de couleur!

Le choix de la couleur de la robe est très subjectif et doit être le dernier critère de sélection. La constitution et le caractère du chien sont prioritaires. Concernant la couleur des yeux, le néophyte prétend souvent que seul un husky aux yeux bleus serait un « vrai husky ». Cette idée, qui est le résultat d’une mode, est tout à fait erronée ! Il faut savoir que les Inuits rejettent les sujets dotés d’yeux bleus. Pour eux, il s’agit d’un défaut…, rendant les chiens beaucoup plus sensibles à l’éblouissement de la neige… !

Yeux bleus, marrons ou vairons (un œil bleu et un œil marron) : tout est parfaitement normal pour un husky !

sociabilisation des chiots

La sociabilisation des chiots reste pour nous une priorité : tout le travail effectué auprès des chiots, tant par la mère que par les éleveurs, de la naissance à la onzième semaine, est un capital très important pour la future éducation du jeune chien. 

C'est pourquoi nous consacrons énormément de temps à nos jeunes huskies : les soigner, les observer, leur parler et surtout jouer avec eux.  

De la 4ème à la 7ème semaine, le chiot commence à utiliser son potentiel inné et ses instincts. Toutes les expériences qu'il fait marquent sa mémoire de manière importante, voire indélébile. Sa vie durant, il se souviendra de ce qu'il aura appris au cours de cette période. Ce qu'il aura omis d'apprendre, il ne pourra l'acquérir qu'avec difficulté par la suite. 

Le chiot découvre les humains et d'autres animaux par une approche active et non agressive. Plus on offre au chiot de stimuli olfactifs, acoustiques, visuels et tactiles variés, plus on le confronte à des situations nouvelles, meilleure sera sa capacité d'adaptation à des milieux différents.  

 

 

 

 

La période de sociabilisation se déroule de la 8 ème à la 11 ème semaine. Le chiot apprend à présent son rang social, ce qui lui permet de se situer dans la hiérarchie du groupe. Les premiers rapports hiérarchiques s'établissent surtout autour des repas (qui, pour cette raison, doivent être servis dans une écuelle commune) et pendant les jeux. La mémorisation et la reconnaissance d'événements désagréables et douloureux se développent.  

Comme le chiot s'intéresse moins à son entourage, il faut veiller à renforcer les liens de sociabilisation avec les humains, avec d'autres chiens et avec les animaux domestiques. C'est également à cette époque qu'il s'intègre dans la « meute humaine ». Il assimile et retient les premiers interdits, son apprentissage à base de nombreuses expériences débute : d’où l’importance des cours d’éducation pour chiots.

les enclos

LA NURSERY

nouvel espace, bien calfeutré
une couche très confortable
nouvel espace, à l'abri des regards indiscrets
Aïda se sent bien lourde
lourde mais toujours joyeuse